Regarder le Proche-Orient aujourd’hui, c’est avoir trop souvent le regard obscurci par les drames qui s’y déroulent. Nos imaginaires en oublient alors la diversité prodigieuse de cette région et cèdent à une teinte grise et uniforme que l’éloignement et la méconnaissance rendent plus opaque encore.

Pourtant, la vie n’a pas capitulé au Levant. Elle ne s’est pas davantage tue.

On se rapproche alors. Et le voile gris laisse place à une palette bien plus riche que celle que nos espoirs nous laissaient entrevoir. Des couleurs vives comme l’est la lumière sur la rive orientale de la Méditerranée. Contrastées. Saturées. Tranchantes.

Beyrouth en est un condensé. Sans cesse, la capitale libanaise nous rappelle qu’elle demeurera toujours plus vive qu’écorchée. Nuit et jour, des Libanaises et des Libanais irriguent leur pays d’une infinité d’initiatives comme autant de soubresauts dont l’écho ne nous parvient que grandement assourdi.

Dès lors, et plus encore qu’en d’autres époques, replacer le Liban sur la carte des voyageurs s’impose comme une nécessité. Pour ne pas isoler davantage une région qui a tant à offrir. Pour ne pas céder à la tentation d’une généralisation aussi erronée que dangereuse.

Et c’est naturellement qu’un lien entre Voyageurs du Monde et L’Hôte Libanais s’est noué autour de cet objectif.

En France, Belgique et Suisse, Voyageurs du Monde s’adresse à celles et ceux pour lesquel(le)s, loin d’être un produit de consommation, le voyage véhicule des valeurs d’engagement et de rencontre avec l’Autre.

Au Pays du cèdre, L’Hôte Libanais invite à vivre au plus près de la diversité libanaise, au travers d’un réseau de chambres d’hôtes et d’hôtels de charme où est mise en avant la richesse humaine, architecturale et culinaire du Liban.

Ensemble, Voyageurs du Monde et L’Hôte Libanais œuvreront à promouvoir la destination auprès des voyageurs curieux.

Le pont est désormais édifié. Reste aux voyageurs-citoyens à l’emprunter.